En décembre 2018, j’ai passé Noël dans la famille de mon chéri. J’en ai profité pour prendre des photos et le résultat est une ville d’Orléans sublimée par la Golden et la Blue Hour. J’aime énormément ces heures-là car elles offrent des jeux de lumière très intéressants, mais je ne les photographie plus autant qu’avant.

 

Orléans sublimée : est-ce que je ferai les mêmes photos aujourd’hui ?

J’ai réalisé ces images pendant la Golden et la Blue Hour tout simplement parce que je n’ai pas eu le choix. Nous passions du temps en famille en journée. Nous sortions en fin d’après-midi pour nous balader en centre-ville. Le temps me manquait pour prendre mes photos. Au final, je n’étais pas très satisfaite de l’ensemble. Ma maîtrise des photos de nuit laissait encore à désirer et je n’avais pas mon trépied avec moi. Je trouve donc que les photos de la Blue Hour sont moins bien réussies.

Pourtant, à l’époque de la première publication de l’article, j’avais tenu quand même à les montrer aux visiteurs du blog. J’ai aussi été surprise car l’une des images que j’avais postées sur mon Instagram a récolté beaucoup plus de likes que les autres. D’autres ont même été repostées par le compte non officiel de la région Centre Val de Loire.

J’avoue qu’aujourd’hui, après toutes mes réflexions sur ma pratique photographique, je ne ferai pas les mêmes images. Tout d’abord, je prendrai plus de temps pour visiter les rues d’une sublime Orléans. Depuis deux ans, j’ai développé mon regard et je n’hésite plus à faire de la photo de rue. Cela me laisserait également du temps pour réfléchir et raconter une vraie histoire avec mes photos. J’aimerais donc y revenir et avoir la possibilité de mieux saisir en images l’ambiance de cette ville.

Alors pourquoi réécrire et partager à nouveau cet article ?

J’ai beaucoup hésité, ne sachant que faire de cet article. Pourtant, je n’avais pas envie de le supprimer. Premièrement parce que je m’attache facilement et j’ai encore du mal à m’en détacher. Puis, tout simplement, car je souhaitais vous montrer qu’un travail photographique effectué sans réflexion autour d’un projet ou d’une série, ne donnait pas souvent de bons résultats.

En effet, à cette époque, je ne préparai pas mes sorties photos. J’ignorais ce que je voulais ou allais potentiellement photographier. Certes, je découvrais la ville. Mais cela ne m’empêchait pas d’avoir un regard plus concentré et ouvert pour qu’Orléans soit réellement sublimée. Or, cela m’a manquée.

Maintenant, je réfléchis aux histoires que je veux créer, les projets que je souhaite traiter et aux séries qui peuvent en découler. Contrairement à la période avant le confinement, je travaille désormais beaucoup plus mes sujets et apporte une dimension plus forte à mes photos. Mes séries photographiques autour du thème « La Bretagne en bleu » en sont la preuve.


Lorsque j’y étais, j’avais déjà repéré des endroits qui m’intéressaient. Quand j’y retournerai, je voudrais les photographier. Cette fois-ci, je capturerai des photos qui me définissent et racontent des histoires d’une ville d’Orléans sublimée. A ce moment-là, je vous partagerai aussi les photos. Vous pourrez constater mon évolution et l’importance d’un travail de réflexion autour de sa pratique photographique.

Première publication : 05/04/2019